CHAPITRE III : L'Africain est le fils de la terre, de la nature, et il porte sa couleur. Il faut retourner à sa culture

L'Africain a une belle histoire avec sa mère la nature. Tout dans son organisation, en commençant par sa spiritualité, l'honore. L'Africain moyen écoute sa nature propre : il est spontané, chaleureux, accueillant. Ce sont les qualités essentielles de la vie et du bien vivre en communauté. L'Europe s'est enfermée dans un égoïsme qui la rend malade. L'Européen moyen est suicidaire, mal dans sa peau. Malgré son confort, il n'est pas heureux. Il a placé ses priorités sur du vent ( le capitalisme, le profit personnel, l'égoïsme, la méfiance vis-à-vis de "l'étranger" et une forme de paranoïa qui pollue ses rapports avec autrui, il est sur la défensive pour ne pas qu'on lui "prenne quelque chose" au propre ou au figuré ). En Suisse les vieillards et les adolescents se suicident de façon alarmante :

- Les adolescents : cela montre qu'ils n'ont pas reçu une éducation du bonheur. Leurs parents sont pollués eux-mêmes par des choses qui ne font pas vivre et ont injecté à leurs enfants leur propre misère existentielle ( dépression malgré le confort, misère relationnelle, etc... )

- Les vieillards : cela montre que malgré l'argent, le confort matériel et même des titres, ils n'ont pas réussi leur vie... Car le sens de toute vie est le bonheur. Lorsqu'on ne l'atteint pas, on ne peut pas faire la morale à qui que ce soit.

L'Occident doit donc se taire et pleurer ses morts, au lieu de se faire passer pour l'exemple du monde.